samedi 27 janvier 2018

Raccordement, encore repoussé d'un mois

Prévu au 29 mars, le raccordement au NRA de Bétheniville a encore été repoussé d'un mois. désormais le 26 avril. Cette date de raccordement n'étant que prévisionnelle, on ne peut cependant pas parler de retard puisque aucune communication officielle n'est faite.

Les travaux sont réels cependant. Le NRA existe physiquement désormais mais il est sans doute plus compliqué que prévu de le raccorder. 

En attendant, encore une fois, la 3G/4G d'orange, du fait d'une antenne performante et bien placée, demeure le seul moyen d' un raccordement correct à l'internet à Bétheniville. Aucun autre opérateur n'est satisfaisant sur la commune puisque aucun n'est plus présent.

Prochain rendez-vous au 26 avril... pour savoir si oui ou non les choses auront avancé.

vendredi 5 janvier 2018

Bonne année

Bonne année à tous les lecteurs de ce site.


En espérant que 2018 soit la plus paisible des années et qu'elle offre à chacun l'opportunité de voir ses rêves se réaliser.

Dans un récent article, je rapportais que la date de raccordement au NRA nouveau de Betheniville avait encore été repoussée jusqu'au 1er mars. Et bien, il vient encore d'être repoussé au 29 mars...
En fait, rien de nouveau. Cette date a sans cesse été repoussée d'un mois, par mois, en moyenne.
Le côté positif, c'est qu'au moins des travaux sont en cours et que ce raccordement finira par se faire... un jour... ou l'autre... Contrairement à de nombreuses autres zones rurales du pays. 

Pour info, à Bétheniville, nous sommes en moyenne à 1 Mb/s de réception. En France, si on parle de "très haut débit" à partir de 30 Mb/s, on considère maintenant que moins de 5 Mb/s ne peut plus être considéré comme du "haut débit" mais bien du "bas débit". De l'autre côté de l'atlantique, les USA viennent de fixer le seuil en deçà duquel on ne peut même plus parler de simple "haut débit" à 25 Mb/s".

Pour finir et être tout à fait honnête, il faut dire aussi que, dans notre pays, on a peut-être voulu tout, trop vite et surtout pour trop peu d'argent. La France est sans doute l'endroit où l'internet revient le moins cher pour les clients. Aux USA, pour un abonnement comparable, il faut compter plus du double du prix français et les abonnements mobiles sont également beaucoup plus onéreux en moyenne. Les travaux de raccordement, lourds, se paient forcément, d'une manière ou d'une autre. La question est finalement toujours la même : qui paie quoi ? et quand ? Aux USA, c'est simple : investissements 100% privés... en France, c'est disons... plus "compliqué"... comme toujours.